En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

La Géorgie Un EDEN sur terre


Comment raconter la Géorgie, ce pays étonnant, petit par sa taille, mais grand par son histoire et sa culture multiséculaires ?

Une ancienne légende* conte que les géorgiens ont hérité de ce pays magnifique grâce à leur joie de vivre et leur capacité de faire la fête.

Il était une fois Dieu qui créa le monde et décida de partager des terres entre différents peuples. Il appela alors les représentants de tous les peuples et commença la distribution des plaines, des collines, des montagnes et des déserts. Alors que les représentants des autres peuples patientaient en attendant leur bout de terre, les géorgiens faisaient la fête en dégustant le nectar des dieux, le vin. Quand ils apparurent enfin devant le Seigneur, il ne restait plus aucun lopin de terre, tout fut distribué.

Le Seigneur s'écria : "Mais qui êtes-vous ? Où étiez-vous ? Que faisiez-vous ?"


À la question du Seigneur, les géorgiens répondirent : "Nous sommes des Géorgiens, Seigneur, et entre faire la queue et faire la fête, nous avons préféré faire la fête... Nous avons porté des toasts à ta santé et nous avons chanté le monde merveilleux que tu avais créé. Et s'il ne reste plus rien pour nous, même pas un minuscule lopin de terre, soit... ne t'en fais pas, viens te joindre à notre fête et goûter à notre vin délicieux!"
Le Créateur fut émerveillé : "Vous êtes tellement beaux, tellement courageux, tellement heureux de vivre que je ne puis pas vous laisser repartir les mains vides ! Vous héberger n'est pas une mince affaire et puisqu'il ne me reste que ce petit coin de paradis que je m'étais réservé, je vous le laisse. Installez-vous là, croissez et prospérez, et moi, je vivrai au Ciel !"

À partir de ce jour, Dieu habita les cieux et les Géorgiens se trouvèrent en possession d'un véritable Eden sur terre.

C'est ça, la Géorgie : un pays d'abondance et de joie de vivre, aux paysages majestueux, où la nature et les hommes ont bâti des merveilles, où les chants, la danse, le vin et la gastronomie n’ont jamais cessé d’exister.

* le poète géorgien Ioseb Noneshvili a transformé cette légende en poème.

La gastronomie géorgienne : Une tradition de fête orchestrée par Tamada

Un Géorgien ne rate jamais l'occasion de faire la fête et cette joie de vivre contagieuse transparaît dans la gastronomie géorgienne. Simple, fraîche et savoureuse, la cuisine géorgienne est avant tout une cuisine de partage qui se déguste en cercle familial et amical car la générosité fait partie intégrante de la culture géorgienne.

Une tradition d'un repas festif parfaitement organisé, obéissant à des règles très strictes, est bien ancrée dans le pays. Il n'y a pas de table géorgienne sans Tamada, le chef de table.
La tradition veut que le Tamada soit choisi par les convives ou par le maître de maison pour sa respectabilité, ses qualités d'orateur, son sens de l'humour et sa capacité à tenir l’alcool.

Cette dernière qualité est extrêmement importante car les fêtes en Géorgie durent plusieurs heures et les kvevri (grande jarre de terre cuite) géorgiennes sont inépuisables.

Le vin est une véritable institution en Géorgie et la vigne géorgienne est considérée (en tout cas par les géorgiens eux-mêmes) comme le berceau de la viticulture mondiale.


 
C'est Tamada qui porte des toasts mais chaque convive a le loisir de compléter ce qui vient d'être dit. On ne coupe jamais la parole au Tamada, ni même à quiconque prononce un toast. Et des toasts, il y en a à l’infini : on boit à ceux qui sont là, à ceux qui ne sont plus là, à ceux qui auraient pu être là... à ceux qui auraient souhaité être là... à l'amour... à l'amitié... aux rêves inavouables... et bien sûr, à la Géorgie, ce merveilleux pays que les Géorgiens aiment comme leur propre mère… Mais la fête géorgienne ne se résume pas seulement à des toasts et des jolies paroles.

Le plaisir de se retrouver ensemble passe aussi par le plaisir de chanter ensemble, de danser ensemble, de rire ensemble. Les chants polyphoniques et les éclats de rire ponctuent des repas. Quand Tamada porte un toast à tous les Saints, cela signifie la fin de la fête. Les Géorgiens se quittent à contre-cœur pour mieux se retrouver lors de la prochaine fête.